DIRECTOIRE APOSTOLIQUE

 

But de ce directoire

 

"La mission représente l'activité centrale des membres d'Aïn Karem" (Statuts, §20). Chaque membre doit donc préparer ses forces, garder l'élan missionnaire entre chaque mission et saisir autour de lui toute occasion d'apostolat.

Il y a différents types d'apostolat qui n'ont pas tous le même poids, la même manière de nous rapprocher de notre but, à savoir l'annonce explicite de l'Evangile.

Ce directoire devrait aider les membres de la communauté à définir plus précisément ces apostolats pour que le missionnaire distingue ceux qui répondent le plus à la vocation des membres d'Aïn Karem de ceux qui, tout en ayant leur valeur propre, sont plus éloignés de notre but.

Ce directoire devrait permettre également à chacun des membres d'Aïn Karem d'évaluer la constance de son élan missionnaire et de vérifier son degré d'implication dans les préparatifs de la mission.

 

1. Les différents types d'apostolats


a. L'apostolat relationnel ou occasionnel

Cet apostolat, immédiatement accessible à tous, s'exerce auprès de la famille, des amis, des collègues... Le membre d'Aïn Karem doit avoir le souci d'être un témoin constant du Christ. Son style de vie et une annonce explicite du salut peuvent atteindre ses proches. Ces possibilités quotidiennes d'apostolat ne sont pas d'abord une attitude extérieure au missionnaire mais bien un chemin pour sa propre conversion, un véritable chemin de sainteté. Cet apostolat révèle l'élan missionnaire des membres de la communauté et constitue pour eux une source de richesse.

b. L'apostolat en paroisse ou dans une communauté chrétienne

Rien ne s'oppose à ce que l'un d'entre nous participe à la vie paroissiale. Surtout s'il y avait des engagements antérieurs à son entrée dans la communauté. Cependant, il est important de ne pas y jouer un rôle primordial : ceci risquerait de priver la paroisse d'un de ses membres à un moment important ou bien de priver la communauté d'un de ses missionnaires pour la mission. D'autre part, même si la paroisse offre des possibilités d'évangélisation du monde non-chrétien ou déchristianisé, il reste que son souci est avant tout d'organiser la vie chrétienne de ses membres et d'entretenir le tissu chrétien existant. Le membre de la communauté préférera, s'il en a la possibilité, une activité plus explicitement missionnaire.

c. L'apostolat structuré ou l'apostolat des "mouvements"

Ce type d'apostolat est celui qui a donné aux fondateurs l'intuition d'Aïn Karem. Il passe par une formation théologique cohérente, un envoi en mission par des évêques ou des prêtres diocésains, une annonce explicite de l'Evangile : porte à porte, contact de rue, carrefours...

C'est l'apostolat le plus proche de notre idéal missionnaire en dehors des missions. La participation à des mouvements missionnaires tels que Résurrection, reste la manière privilégiée de répondre à ces engagements dans l'intervalle entre les missions d'Aïn Karem. Mais pour ceux qui, parmi nous, habitent en province, c'est aussi l'entreprise la plus difficile à réaliser à cause de l'isolement.

d. L'apostolat dans les missions d'Aïn Karem

La mission n'est possible que si l'élan missionnaire a été non seulement conservé mais amplifié par un véritable esprit missionnaire éprouvé. Cet apostolat représente une convergence particulière des forces de la communauté. Son impact devrait être suffisamment important pour créer ou reconstituer un tissu chrétien. Il nécessite une bonne cohésion, une organisation précise. La mission demande une longue préparation spirituelle et logistique. Elle se caractérise par une gradation vers un sommet qui devrait revitaliser durablement une communauté paroissiale en difficulté. Ceci nécessite donc un "avant" et un "après" mission tout aussi importants que la mission elle-même.

 

2. Les modalitées pratiques


a. La formation théologique

Le missionnaire s'efforcera de suivre régulièrement une formation théologique de type doctrinal et patristique : enseignement actuel et perpétuel de l'Eglise.

Le minimum en ce domaine sera de suivre les cours mensuels proposés par les prêtres de la communauté, soit en y assistant, soit en recevant chez soi, à travers des activités de type carrefour, cet enseignement.

Certains membres d'Aïn Karem auront la charge de dispenser ces cours dans la communauté : eux-mêmes auront reçu une formation supérieure par les prêtres de la communauté.

b. L'engagement missionnaire

Les membres d'Aïn Karem s'efforceront de prendre un engagement missionnaire régulier qui débouche sur l'annonce explicite de l'Evangile à des non-chrétiens. Ils pourront :

- soit entrer dans un mouvement missionnaire déjà existant

- soit tenter de susciter un mouvement missionnaire en créant par exemple un mouvement affilié au mouvement Résurrection parisien

- soit organiser des carrefours, c'est à dire des réunions à domicile ayant pour but de former de futurs missionnaires ou d'annoncer l'Evangile à des non-chrétiens ou à des chrétiens qui ne pratiquent plus.

Le chapitre a conscience que ce type d'engagement est particulièrement exigeant et qu'il n'est peut-être pas réalisable immédiatement pour certains de ses membres. Il doit cependant être un but à atteindre quelles que soient les difficultés rencontrées, sous peine de voir le missionnaire se résigner et perdre peu à peu le sens de son engagement dans une communauté missionnaire.

c. Participation aux missions

Après avoir exercé le discernement de ses disponibilités dans le cadre de sa maisonnée, après avis du conseil, élargi aux chefs de maisonnée, chaque membre de la Communauté reçoit sa mission du modérateur.

De près ou de loin, un membre d'Aïn Karem doit préparer la mission à laquelle il participera. Il essaiera de prendre en charge une partie de son organisation et abandonnera ses autres activités apostoliques au profit de la mission, hormis le devoir d'état.

d. La vérification de l'élan missionnaire

Le rôle de la maisonnée est, entre autres, de vérifier l'élan missionnaire de chacun de ses membres. A cette occasion, elle doit conseiller ceux qui ont le plus de mal à réaliser ces objectifs.

 

Conclusion

 

Tout en gardant pour objectif le plus élevé la mission, chacun pourra monter à son rythme les degrés qui le conduiront à donner dans sa vie une place de plus en plus grande à sa vocation missionnaire et ceci en union avec les autres membres de la communauté. De même que le directoire spirituel vise à notre épanouissement dans la prière en union avec nos frères et soeurs dans la communauté, de même ce directoire sert à préciser nos objectifs communs. Une des tâches importantes des futurs chapitres sera de mettre à jour ce directoire compte tenu des expériences passées.

 

 

Paris le 28/12/90