MISSION À SANARY SUR MER

 

Une mission d'été est proposée à la communauté par l'évâque de Toulon-Fréjus et la curé de la paroisse de la cité balnéaire de Sanary-sur-Mer. Une semaine de mission qui fait suite à celle de la Communauté des Béatitudes. La paroisse St Nazaire de Sanary est une paroisse vivante, dynamique, avec quatre messes tous les dimanches (et l'église est pleine !), des cellules d'évangélisation, adoration perpétuelle...

Trois grands chantiers sont mis en œuvre : apostolat des plages et particulièrement auprès des enfants, forums de rue, animation spirituelle dans l'église et en ville. Les vacanciers sont nombreux, et sont disponibles plutôt le soir quand la châleur est plus agréable. Et pour réaliser tout cela, une trentaine de personne de la communauté, de Résurrection et aussi des amis, ainsi une douzaine d'enfants (car il n'y a pas que ees célibataires).

Avant tout, il faut avertir les gens qu'il se passe quelque chose et on met en œuvre des équipes de tractage pour annoncer chaque jour ce qui va se passer, tractage en ville et sur les plages. Les journées se passent de la manière suivante : le matin, c'est davantage la vie communautaire (office, oraison chapître, et sans oublier les tâches matérielles nécessaires à la vie du groupe). L'après-midi, quand la chaleur a un peu diminuée, nous avons lancé un "Caté-Plage", amener les enfants — pourquoi pas leurs parents — à connaître l'Histoire Sainte et par là les faire cheminer vers le Christ. Il n'y avait pas une grande foule, mais l'assistance a grandi de joiur en jour.

Le soir, à 18 heure, chant des Vêpres dans l'église. La principale acticité de la mission se passait le soir à partir de 20 heures sur le port où le monde se presse, c'est l'heure d'affluence ici, une foule se promène et de nombreux stands s'installent pour la soirée. C'st le lieu rèvé pouyr unb forum, des discussions, et autres animations. Selon les jours ces forums ont duré toute la soirée et même parfois après minuit.

Dès 21 heure le P. Henri (Franciscain) proclamait en haut des marches de l'église, durant trois soirées, l'Évangile de St Marc qu'il sait par cœur. Puis nous invitons les gens à entrer dans l'église pour y déposer une intention de prière et une bougie, tandis que le Saint-Sacrement est éxposé et durant une heure les chants et les textes bibliques alternent avec les temps de silence. Les complies terminent la soirée, mais les discussion se poursuivent souvent sur le parvis.

Vendredi soir, le programme était un peu différent. L'évêque est venu spécialement pour la soirée, accompagné d'un évâque ivoirien. La messe était donc présidée pas Mgr Rey à la chapelle des Pénitents-Blancs (là où a lieu l'adoration perpétuelle).Après un court forum, les gens sont invités à suivre le Christ dans son dernier jour, autrement dit un chemin de croix dans la ville. À la suite d'une grande et lourde croix encadrée de 4 torches, une petite foule marche et chante accompagnée de porteurs de torches. Bon accueil des ^pasants, même s'ils ne participent pas à la marche. À l'arrivée, vénération de la chrix et complies sur place. Un furum improvisé a suivi sur le port et s'est prolongé asez tard.

La soirée du samedi a commencé avec la narration de la vie de St Maximilien Kolbe par le Père Henri, puis s'est poursuivie par une grande veillée de prière "vigiles de la Résurrection", une paraliturgie faisant le lien entre les premières vêpres du dimanche et l'espérance de la Résurrection du Christ.

Mais tout a pris fin le dimanche avec la messe paroissiale. À la sortie, en procession vers le kiosque à musique dans lequel nous avons chanté l'Office du Milieu de Jour.