Aïn Karem est un nom hébreu, qui signifie « la source du vignoble » ; mais ce n’est pas pour cela que c’est le nom de notre communauté. Ce nom est en fait celui d’un petit village de Judée, à quelques kilomètres de Jérusalem, où se serait produit l’épisode de la « Visitation », la rencontre de la Vierge Marie avec sa cousine Élisabeth (Luc 1, 39-46)

 

Pourquoi ce nom ?

 

La communauté Aïn Karem est une communauté apostolique qui a pour objet d’annoncer le Christ à tout homme, y compris à ceux qui ne le connaissent plus ou pas du tout ; en se mettant sous la lumière de la « Visitation », elle souhaite porter le Christ comme Marie l’a porté, et rendre ainsi au monde la joie qui éclate dans le cœur de ces deux femmes, avec le tressaillement de Jean-Baptiste dans le sein d’Élisabeth.

 

Une communauté

 

La communauté Aïn Karem est dotée d’un statut juridique, autrement dit canonique, qui fait d’elle une « association de fidèles (association privée)». Elle a été reconnue par l’archevêque de Paris en mai 1997, après 10 ans de vie ad experimentum.

 

Qui en fait partie ?

 

Des fidèles, laïcs mariés ou non, et des clercs, qui ont entendu l’appel à mettre l’évangélisation au centre de leur existence, de telle sorte que cet appel anime et oriente toute leur vie chrétienne. Actuellement la communauté compte une soixantaine de membres de 20 à 76 ans, et est essentiellement composée de laïcs dont beaucoup sont mariés, de femmes et d’hommes consacrés, de six prêtres et d’un diacre permanent. Les prêtres de la communauté sont prêtres diocésains de Paris. Leur appartenance à la communauté constitue un lien spirituel par lequel leur ministère et leur vie se trouvent nourris et fortifiés.